Adrienne Bolland

La Piste des Géants : Week-end à la cinémathèque de Toulouse

Les 10, 11 et 12 février 2017, la Cinémathèque de Toulouse s'est associée le temps d’un week-end avec la Piste des Géants, Toulouse Métropole et l’INA pour revenir en cinéma sur la fabuleuse histoire des pionniers de l’Aéropostale. Il a été projeté un film de 1939, "Seuls les anges ont des ailes" d'Howard Hawks, dont le rôle principal est magistralement tenu par Gary Grant. Ce film, tourné dans un port imaginaire en bordure de la Cordillère des Andes, retrace les difficultés de ce territoire, qu'Adrienne Bolland avait eu à affronter 7 ans avant ces pionniers. Martine Laporte a présenté ce chef-d'oeuvre cinématographique, a parlé de l'obstacle que représente le massif des Hautes-Andes, et a dressé un portrait d'Adrienne Bolland à un public venu nombreux.

Cinémathèque TLS


Conférence de Martine Laporte
Photographie : Clémentine Busser

Seuls les anges ont des ailes-2


Seuls les anges ont des ailes

Hommage de la ville de Donnery à Adrienne Bolland

Les 17 et 18 septembre 2016, à l'occasion des journées du patrimoine, la ville de Donnery dans le Loiret, dans laquelle Adrienne Bolland a passé son enfance, lui a rendu un chaleureux hommage. Une mosaïque, réalisée par une artiste locale, a été apposée sur un mur de la ville. Une très belle exposition avait été installée dans la salle des fêtes. Une conférence animée par Martine Laporte, auteure de " Adrienne Bolland, la déesse des Andes " a été donnée, en duo avec Michèle Bondin-Seignette de l'Association Française des Femmes Pilotes, sous forme d'une interview, et supportée par un diaporama de 100 photos, suivie d'une séance de dédicace à l'issue de l'intervention.

Brochure Donnery


Donnery inauguration mosaïque AB


Inauguration de la mosaïque dédiée à Adrienne Bolland
Photographie : Denis PACQUIER

ML et D. Chaufton maire de Donnery


Martine Laporte et le maire de Donnery, Daniel Chaufton
Photographie : Denis PACQUIER

ML JC Boland et MBS


Martine Laporte, Jean-Claude Boland le frère d'Adrienne et Michèle Bondin-Seignette
Photographie : Denis PACQUIER

Conférence


La conférence
Photographie : Denis PACQUIER

Aéropuces au musée de l'air et de l'espace au Bourget - le stand des Éditions Villalobos dans le hall Concorde

La 9e édition de la brocante aéronautique s'est tenue les 17 et 18 octobre 2015. Comme chaque année, les Éditions Villalobos étaient représentées dans le hall Concorde. Une occasion d'acheter, d'échanger et de rencontrer des passionnés !

edge

Martine Laporte remporte le prix littéraire de la 6e édition du Festival Aérospatial des Étoiles et des Ailes à Toulouse pour son livre "Adrienne Bolland, la déesse des Andes"

À l'occasion de la 6e édition du Festival Aérospatial des Étoiles et des Ailes qui s'est tenu à Toulouse les 14 et 15 novembre 2015, Martine Laporte s'est vue remettre le prix du livre par les organisateurs du salon du livre, en partenariat avec France Bleu Toulouse.

edge


Cérémonie de remise des prix sur la scène de l'Astralia à la Cité de l'Espace

edge


Le prix du livre aéronautique

edge




edge



Adrienne Bolland, La déesse des Andes : l'article dans Icare, par Robert Galan

edge

Le Caudron G-3 a volé au meeting de la Ferté-Alais !

Depuis de nombreuses années, l'emblème de l'Association Jean-Baptiste Salis à la Ferté-Alais ne pouvait exécuter, lors des présentations en meeting, que des sauts de puce et, dès que le vent traversier l'imposait, seulement des roulages au sol. Quelle frustration ! Après 6 années de travaux concernant le remplacement des commandes de gauchissement par vrillage des ailes et par la mise en place d'ailerons, le Caudron G-3 a revolé lors du dernier meeting aérien de la Ferté-Alais, les 23 et 24 mai 2015, avec Jean-Pierre Lafille aux commandes. En voyant ce frêle appareil, on ne peut s'empêcher de penser à Adrienne Bolland, seule aux commande de son G-3 au-dessus de la Cordillère des Andes…

edge

Photographie : Jean-Pierre BURIN

edge

Photographie : Jean-Bernard BARSAMIAN - www.jbbarsamian.com


Adrienne Bolland, La déesse des Andes : Grand Prix de l'Académie des Jeux Floraux

Le 4 mai 2015, Martine Laporte a reçu le Grand Prix de l'Académie des Jeux Floraux de Toulouse, pour son livre "Adrienne Bolland, La déesse des Andes". Les Jeux floraux ont été institués en 1923, à Toulouse, par sept troubadours, pour maintenir le lyrisme courtois. La "Compagnie du Gai Savoir", ainsi créée, fut dotée du statut d'Académie en 1694 par Louis XIV. Héritière d'une tradition d'excellence depuis près de sept siècles, elle entend promouvoir la poésie sous toutes ses formes et, d'une manière générale, la littérature. Chaque 3 mai, elle remet depuis 1324, des "Fleurs" aux lauréats des différents concours qu'elle organise. Considérée comme la plus ancienne société savante d'Europe, l'Académie des Jeux Floraux fut reconnue d'utilité publique depuis 1923.

edge

Adrienne Bolland, La déesse des Andes : l'article sur Piloter, par Germain Chambost

edge

Adrienne Bolland, La déesse des Andes : l'article sur Présence, par Bernard Pourchet

edge

Adrienne Bolland, La déesse des Andes : l'article sur Le Fana de l'Aviation

edge

Adrienne Bolland, La déesse des Andes : l'article sur Air & Cosmos par Yves Cochennec

edge

La société Villalobos Éditions est heureuse de vous annoncer la publication de son nouvel ouvrage "Adrienne Bolland, la déesse des Andes" le 10 mars 2015.

Pourquoi l’histoire d’Adrienne Bolland – cette femme aussi exceptionnelle qu’atypique – n’a-t-elle jamais été racontée dans un livre ? Pourquoi est-elle la seule gloire des ailes françaises, oubliée de tous les dernières années de sa vie, à n’avoir jamais eu aucun monument à son nom ? Parce qu’elle était intrépide ? Intrépide certes, mais tellement authentique et droite. Elle a été décorée de la Légion d’honneur (au grade de chevalier en 1924 et au grade d’officier en 1947). À l’occasion du 40e anniversaire de sa disparition, le 18 mars 1975, Martine Laporte s’est attachée à réparer cet oubli et à redonner à Adrienne Bolland la place qu’elle mérite parmi ses compagnons de vol. Ses recherches l’ont conduite jusqu’en Argentine et au Chili, sur les traces de cette héroïne... Adrienne Bolland, c’est la première femme pilote qui a traversé la Cordillère des Andes le 1er  avril 1921, à bord de son Caudron G-3, un avion en bois et en toile avec un moteur de 80 chevaux. Lorsqu’elle a réalisé cet exploit, elle avait tout juste 25 ans, pilotait depuis seulement 13 mois et totalisait 40 heures de vol... Adrienne Bolland, c’était aussi une femme d’engagement : lutte auprès de Louise Weiss en 1934, dans le combat pour le droit de vote des femmes, engagement auprès des Républicains espagnols en 1936, et, en 1942, dans la Résistance – en se chargeant du repérage de terrains susceptibles d’aider les Forces françaises libres du général de Gaulle. Elle s’intéressa à toutes les causes qui, tout au long de sa vie, lui semblaient justes. Vous découvrirez dans ce livre le caractère bien trempé d’Adrienne, son impertinence, son humour et sa verve. Cet ouvrage est richement illustré : 70 pages de photos d’époque, de documents et articles de presse, ainsi que de vues aériennes de la Cordillère des Andes.

edge

Adrienne Bolland, La déesse des Andes : l'article sur Aérobuzz.fr par Jean Molveau

edge

Dans un ouvrage qui fera date, Martine Laporte fait revivre Adrienne Bolland, une femme au caractère bien trempé, qui ne s’encombrait pas des convenances. Sa traversée de la Cordillère des Andes aux commandes d’un Caudron G3 (1921) ne fut pas le premier, ni le dernier de ses exploits aériens. Révélé en avant-première lors de la Soirée des femmes dans l’aviation, le 6 mars dernier dans les locaux de l’Aéro-club de France, par son auteure qui a fait une conférence remarquée sur son héroïne, ce livre, je le déclare d’emblée, mérite l’un des prix littéraires de l’aéronautique tels que diverses entités en décernent chaque année ! Car il réunit toutes les qualités pour cela.

Martine Laporte, pour rendre un juste et vibrant hommage à Adrienne Bolland, s’est faite chercheuse – logiquement jusqu’en Amérique du Sud –, écrivaine, metteuse en page (encore un domaine où elle a parfaitement réussi son coup) et éditrice (mais là encore, elle n’en était pas à son coup d’essai). Le résultat est un ouvrage très attrayant, à la limite du « beau livre » tant les photos sont de qualité et bien mises en valeur, une biographie passionnante dédiée à un personnage ô combien romanesque.
On peut se demander pourquoi « la déesse des Andes », ainsi qu’elle fut surnommée avec déférence par les Sud-Américains, n’a pas préalablement fait l’objet de récits de l’aventure de sa vie. Sans doute son caractère était-il un peu « difficile » – disons qu’elle ne s’en laissait pas compter, et qu’elle n’hésitait pas à employer un langage châtié, y compris avec des gens hauts placés, au grand dam d’eux ou de leur entourage – au moins son caractère était-il bien trempé !

Son exploit du 1er avril 1921, lorsqu’elle franchit les Andes, reliant l’Argentine au Chili à bord d’un frêle biplan Caudron G-3, un modèle certes éprouvé durant la Grande Guerre, mais bien peu puissant pour ce genre de raid, a passablement éclipsé d’autres hauts faits : traversée de la Manche par une météo erratique, record féminin du nombre de loopings, des dizaines de meetings à son actif avec son propre « cirque aérien », constitué de son mari et ses trois avions… La militante féministe aussi, usant de sa célébrité pour lutter en faveur de l’émancipation de la condition féminine, ou encore la résistante durant l’Occupation ; tout cela constitue le portrait d’une dame charismatique, engagée mais libre, dotée d’une volonté de fer (elle disait souvent avoir eu peur en vol… ), quelqu’un de véritablement hors normes, surtout replacée dans le contexte de son époque, même si on l’a appelée « les Années Folles ».

Artifice de style, Martine Laporte, après une préface de Marie-Vincente Latécoère, a choisi de se mettre dans la peau de son personnage, comme si c’était Adrienne Bolland elle-même qui avait rédigé ses mémoires. On s’y laisse prendre. L’aviatrice se livre (son addiction aux courses hippiques, la bravade qui l’a conduite à embrasser la carrière d’aviatrice, etc.), confesse ses émotions parfois, et promène le lecteur dans les méandres de sa vie, dont elle ne révèle que ce qu’elle veut bien révéler. Mais le résultat est un véritable roman illustré dans un volume de 198 pages au format original (22 x 27), imprimé sur un beau papier de fort grammage, qui valorise aussi une iconographie de belle tenue (photos évidemment, cartes, coupures de presse, mais aussi dessins originaux de l’artiste Bernard Lengert, réalisés spécialement pour « coller » au récit). De la belle ouvrage.

En tout cas, s’il était étonnant qu’Adrienne Bolland n’ait pas fait l’objet de publications jusqu’à présent – en dehors d’hommages rendus par la revue Icare, par exemple – il n’est plus la peine de s’y lancer après celui-ci. L’affaire est faite, et de belle manière.

Jean Molveau
Retrouvez l'article dans le blog aerobuzz.fr sur ce lien
(Cliquez ici)

Conférence sur Adrienne Bolland, par Martine Laporte, lors de la fête de l'air des Mureaux

Les 12 et 13 septembre 2015, l'aérodrome des Mureaux a servi de cadre au rassemblement des femmes pilotes organisé par l'Association française des femmes pilotes (AFFP), avec comme marraine Pascale Alajouanine, plusieurs fois championne de France et championne d'Europe de voltige. À cette occasion, Martine Laporte a fait une conférence remarquée sur Adrienne Bolland, sous la forme d'une interview. C'est Martine Gay, la vice-présidente de l'AFFP, qui s'est mise dans la peau de Louise Faure-Favier, la journaliste et amie d'Adrienne Bolland. Le dimanche, les pilotes de la patrouille de France se sont rendus sur le stand des femmes pilotes.

edge


Martine Gay, alias Louise Faure-Favier et Martine Laporte, alias Adrienne Bolland

edge


La conférence

edge


La visite de la Patrouille de France




© 2017 Villalobos Éditions / Société d'édition spécialisée dans l'histoire de l'aviation / 576 chemin de la Giraude 83210 Solliès-Ville / villalobos@orange.fr / 06 77 86 52 51 / Design by PATRZYNSKI & CO